NAVIGATION

TRENDING POSTS

1 Santé

Meyko : le compagnon des kids asthmatiques

2 Santé | Sexo

Le sexe remède contre le rhume!

3 Pédagogie

Le doudou, le pouce, jusqu’à quel âge ?

Les cauchemars : comment on gère ?

Les cauchemars : comment on gère ?

Difficiles à gérer au quotidien, épuisants pour toute la famille, les cauchemars de nos chérubins nous inquiètent, car on se sent impuissant. Mais pas de panique, les cauchemars chez les enfants, comme les adultes, il n’y a rien de plus normal !

 

En effet, entre 1 et 8 ans, les nuits de vos enfants peuvent être très agitées. Sans arrêt sollicités la journée, confrontés aux interdits, aux conflits, à de nouvelles rencontres, à des apprentissages parfois complexes, ils traitent toutes ces informations pendant leur sommeil. Lorsque nous-même nous avons des nuits agitées à cause d’un conflit avec notre patron, un nouveau poste à prendre le lendemain, un problème familial que l’on cherche à résoudre, nos enfants vivent la même chose tous les jours.

Jusqu’à 4 ans, les enfants ne sont pas capables de faire la différence entre les rêves et la réalité. Ils ont donc besoin en priorité de votre présence rassurante. Vous pouvez apaiser leurs peurs avec une veilleuse, un doudou, les rassurer et les écouter exprimer leurs craintes s’ils en ressentent le besoin. Ne cherchez pas à analyser votre enfant si jeune, ce qu’il vit est normal.

Au delà de 4 ans vient le temps de la parole. Votre enfant va apprendre à canaliser ses angoisses, sa colère, ses pulsions grâce aux rêves et aux cauchemars. Il ne faut pas chercher à tout prix à ce qu’il n’en fasse pas. Cela reste nécessaire et sain. Votre enfant ayant atteint un âge où il peut verbaliser ses émotions, cherchez le dialogue. Invitez-le à raconter son cauchemar, le décrire. En parler l’aidera à évacuer son angoisse et le rassurera sur le caractère normal de l’événement : un stress à l’école, un conflit avec un camarade, une colère qu’il n’ose pas exprimer, ou tout simplement un film qu’il lui a fait peur. Attention cependant, si votre enfant a un même rêve récurrent qui se produit plusieurs fois par semaine et que vous ne sentez aucun signe d’apaisement, n’hésitez pas à consulter un pédiatre.

Alors oui, pendant cette longue période de cauchemars répétitifs de vos enfants, il faudra vous armer de patience, de douceur et de calme, mais ne soyez pas inquiets, ces phénomènes disparaîtront avec le temps et bientôt vous retrouvez le plaisir des nuits complètes !

Top